dimanche 8 janvier 2017

Maigrir en Thaïlande ? Panorama diétético-gastronomique


Marché au légumes. En Thaïlande, carotte se dit kèrot... comme en anglais, bien sûr !
 
C'est un sujet un peu con. J'ai hésité avant de l'aborder. Mais non, la santé, le corps, c'est important ! Ce qui m'arrive, il y en a sans doute d'autres à qui c'est arrivé. Et j'aimerais bien connaître leur opinion. Alors j'y vais.

Il y a des gens qui ont des recettes infaillibles pour maigrir, mais qui ne maigrissent pas. Moi, c'est le contraire ! Je n'ai aucune recette, mais depuis que je suis en Thaïlande, je maigris. Pas énormément, peut-être deux ou trois cent grammes par mois. Mais au bout d'un an, ça fait quelques kilos en moins. Dans dix ans, si ça continue, il ne restera que la peau et les os !

Et bien sûr, je ne suis aucun régime.

Quand je suis arrivé en Thaïlande, j'étais en légère surcharge pondérale au regard des normes diététiques, peut-être trois ou quatre kilos. Maintenant, je suis bien dans la norme. Sans faire attention. Alors qu'est-ce qui change ici ?


Le sport et la théorie de la Maserati et de la 4L.
En Thaïlande, il fait bon, il y a les activités de plein air, l'exercice… Mais il y a aussi la chaleur qui t'écrase. Alors pas si sûr qu'on maigrisse à force de faire du sport. D'ailleurs, est-ce que le sport fait vraiment maigrir ? Non, il sculpte le corps, il transforme les infiltrations graisseuses en muscles.

Bien sûr, il y a la théorie de la Maserati et de la 4L. Quand tu vis ta vie normale - quand tu ne fais pas de sport, vingt-trois heures sur vingt-quatre - tu es comme une Maserati qui consomme beaucoup plus d'essence à 90 km/h qu'une 4L. Tes gros muscles sont comme les trois litres de cylindrée d'une voiture de sport, ils consomment du sucre, même à vitesse modérée.

Mais au final, le bénéfice n'est pas énorme car tu vas plus souvent à la pompe… et le sport te donne la fringale : le bilan calorique n'est pas forcément négatif.


La diététique culturelle
En Thaïlande, on ne prend que deux repas par jour en principe. Le sucré de fin de repas n'a rien d'obligatoire : ma fille est privée de dessert tous les jours ! Mais on grignote entre ces deux repas. Il m'arrive régulièrement d'avoir faim à 16 heures : mon petit déjeuner pris à 9h30 est bien loin. Le fait de ne prendre que deux repas par jour, sans dessert systématique, joue forcément dans la perte de poids.

[En France, tout le monde ne peut pas prendre son petit déjeuner à 9h.30, il y a le travail, des obligations que je n'ai pas. Et si on le prend à 7h du matin, on doit commencer à avoir faim à 14 heures : journée longue comme un jour sans pain !]



Les fruits viennent de la région. Sans doute pas plus de 50 km à la ronde. A part les pommes emballées dans du plastique - qu'on appelle pom-eppen (apple) en thaï.

Et le riz ? Plus diététique que les nouilles, les pommes de terre, le pain ? Pas certain. Mais l'absence de baguette évite la tentation. Et pour nous, le riz matin et soir peut lasser. Alors que la baguette beurrée trempée dans le café du matin est oubliée le soir devant un somptueux plateau de fromage et la corbeille de pain croustillant juste à côté...

Certains régimes préconisent des thés "amaigrissants". J'adore le thé et j'en bois plus d'un litre le matin avant le petit déjeuner. Mais je suis persuadé que cela n'a aucune influence sur mon poids. Car même si le volume liquide peut procurer une petite impression de satiété, je confesse prendre mon thé avec du lait, ce qui annule un hypothétique effet thé. Et puis du thé, j'en bois presque autant en France.

Le beurre et l'huile ? La cuisine thaïe est faite à l'huile. Je ne pense pas qu'il y ait une incidence. Il y en a une sur la santé - graisses saturées ou insaturées - mais cela ne joue pas sur le poids.

En revanche, il y a toujours des légumes verts et des crudités sur la table. Et à part le riz, jamais de féculents. Ce régime vert joue sans doute un rôle.

En France, j'ai une cave, et je bois une demi-bouteille de Bordeaux par jour, pour le plaisir (et parfois l'ivresse). Ici, je prends assez souvent le soir un petit trait de vodka avec du citron vert. J'ai calculé dans un autre post (Clic ici : cirrhose au citron vert) que cette vodka n'avait certainement pas d'influence sur mon poids. Alors que le Bordeaux, peut-être…

Mais je pense qu'une grande partie du mécanisme d'amaigrissement vient de la privation de beurre et de fromage. Et du pain qui va avec.

Les obèses thaïs : contradictions et conclusions
Je ne suis pas certain que l'amaigrissement touche tous les "farangs" qui habitent ici à l'année... Beaucoup mangent à l'occidentale, autant qu'ils peuvent, en s'approvisionnant dans des grands magasins spécialisés comme Tesco, une chaîne anglaise, et Makro (quel drôle de nom). Ils n'y a donc pas de changement de régime, donc pas de raison de maigrir ou grossir.

En se nourrissant comme les thaïs, ça donne une chance. La privation naturelle de pain, de beurre et de fromage peut créer le petit déficit calorique quotidien qui aboutit à un amaigrissement progressif. Avec les deux repas, l'absence de dessert, l'absence de féculents, le régime vert.

Tu vas me dire que les thaïs souffrent souvent d'obésité - ils sont deuxièmes dans le classement de l'Asie. Très juste. C'est pourquoi il faut retirer la bière - servie ici en bouteilles de 66 cl - et les sodas sucrés. Et toutes les saloperies occidentales qu'on leur fourgue, biscuits, viennoiseries, barres chocolatées…

Mais le vrai facteur d'amaigrissement est ailleurs. C'est la gourmandise.

En France, il y a des plats… j'en reprends… et j'en reprends encore… trop bon ! En Thaïlande, non : la gourmandise, connais pas ! Ah si, je confesse, la citrouille œufs-poulet que prépare Fon, : une tuerie !

Simple, bon et sans doute diététique



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire