mardi 31 mars 2015

Verre à pied et sacs à vin




Il faut que je poursuive mon enquête ! Ça fait déjà plusieurs verres à pied que je trouve ici. Qu'est-ce qu'ils foutent en Thaïlande ?

Quand on parle de la France dans beaucoup de pays, l'une des images qui vient, c'est le vin. Mais en Thaïlande, la plupart des gens ignorent tout du vin et de la patrie du Saint-Emilion.

Le verre à pied, avec un profil triangulaire, comme on le dessinait dans les publicités des années cinquante, est-il un élément spécifique à la culture française ?

Je m'étonne de trouver sur la vitre de notre autocar l'image d'une bouteille, qui pourrait fort bien être une bouteille de Bordeaux, assortie d'un verre à pied triangulaire. L'ensemble est barré d'un trait rouge épais et oblique, celui de la barre du sens interdit, et le texte qui se trouve en dessous prohibe la consommation de boissons alcoolisées dans le car. C'est au moins la deuxième fois que je rencontre ce verre à pied triangulaire dans ce pays.



En Thaïlande, on boit beaucoup de bière, beaucoup de cet alcool qui s'apparenterait vaguement au whisky, le Cygne d'Or, à la limite un peu de vodka. Mais certainement pas de vin. Pourtant, ici, et sauf erreur de ma part, le symbole de l'alcoolisation, c'est le coup de jaja avec le verre à pied. Doit-on crier cocorico ? C'est un peu ambigu.

Du coup, pour protester, je me suis mis à l'eau. Je suis allé chercher une petite bouteille d'eau gazeuse au marché d'à côté. L'homme qui servait m'a proposé de la glace. J'ai cru qu'il m'offrait d'en emporter un peu pour mettre dans mon verre, une fois rentré chez moi. Pas du tout ! Je l'ai vu prendre un sac en plastique, mettre des glaçons dans le sac. Puis, sans que je ne puisse rien faire pour l'en empêcher - tant j'étais médusé autant qu'horrifié - précipiter le contenu de la bouteille dans le sac. Ajouter avec une démoniaque habileté un trousseau de petits élastiques à un coin du sac, pour que je puisse le porter confortablement avec un doigt, et plonger dans l'orifice rétréci une longue paille. J'ai payé, remercié, et je suis parti, fier comme un premier communiant avec mon eau gazeuse accrochée au petit doigt. Quel appareil majestueux ! Quelle sophistication ! Quelle ingéniosité ! Tout ce service pour le prix misérable d'une simple bouteille de soda !

Les thaïs ont un usage très large du sac en plastique. Ils n'ont pas cet effarouchement écologique qui a permis aux enseignes de la grande distribution de si bien berner les français. En supprimant les sacs en plastique des supermarchés, ces enseignes ont fait une économie considérable. D'abord sur l'achat des sacs eux-mêmes. Ensuite sur le temps d'empaquetage, puisque la charge en revenait désormais au client. Enfin, par la vente annexe de sacs dits écologiques, tout aussi impérissables si on les abandonne dans la nature, mais réutilisables - à condition qu'on ne les oublie pas d'une fois sur l'autre, ce qui est pourtant la règle.

Aux USA, la sensibilité écologique n'est pas moindre, mais le consommateur est mieux loti. Au supermarché, on lui donne un magnifique sac en papier Kraft. Un lycéen hyperactif, pour se faire de l'argent de poche, empile les courses dans le sac et va parfois jusqu'à le porter jusqu'au coffre de la voiture. Dans la boutique de spirits, le client se voit offrir un sac de brown paper plus petit où il peut cacher sa bouteille de Southern Comfort. Tranquillement assis sur siège large et confortable de son Oldsmobile couleur caramel il en boira discrètement quelques gorgées avec son amie, la consommation publique d'alcool étant interdite, en regardant le soleil se coucher sur le lac Michigan. Aucun panneau montrant une bouteille de Bordeaux avec un verre à pied triangulaire ne viendra troubler sa sérénité…

J'ai trouvé ça aussi dans un autocar thaï.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire